Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/04/2008

*admiration*

Combien de fois ai-je découvert, compris ou touché du doigt une notion intéressante pour me rendre compte ensuite qu'Aristote avait déjà étudié, codifié et enseigné tout ça. Science, philosophie ou même rhétorique, ce Grec était imbattable. Je me dis, entre rêve et prétention, que s'il avait été mon précepteur, j'aurais fait un meilleur usage de ses enseignements qu'Alexandre (ndlr : j'ai du mal à éprouver de l'admiration pour les grands conquérants, la violence de leurs conquêtes et leur désir de puissance ne me plaisent pas. Autrendlr : ayant habité 2 ans à Rueil-Malmaison, qui plus est "route de l'Empereur", j'ai pu vérifié un gros coinçage face au mythe de Napoléon qui jamais ne m'a paru sympathique...)

Si le nom et les enseignements de ces pédagogues de génie atteignent la pérennité qu'ils méritent, j'admire la diversité de leurs connaissances et aussi la rapidité avec laquelle ils les ont appréhendées. Comment étudier tant de choses en une seule vie? Descartes a quarante ans quand il écrit ces mots si justes :

(...) au lieu de ce grand nombre de préceptes dont la logique est composée, je crus que j'aurais assez des quatre suivants (...)

'

Le premier était de ne recevoir jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle ; c'est-à-dire d'éviter soigneusement la précipitation et la prévention (...)

'

Le second, de diviser chacune des difficultés que j'examinerais en autant de parcelles qu'il se pourrait et qu'il serait requis pour les mieux résoudre.

'

Le troisième, de conduire par ordre mes pensées, en commençant par les objets les plus simples et les plus aisés à connaître, pour monter peu à peu comme par degrés jusques à la connaissance des plus composés, et supposant même de l'ordre entre ceux qui ne se précèdent point naturellement les uns les autres.

'

Et le dernier, de faire partour des dénombrements si entiers et des revues si générales, que je fusse assuré de ne rien omettre.

(René Descartes, Le Discours de la Méthode, 1637)

Décomposition, progression, énumération. Merci René.

Au large panthéon des hommes que j'admire, j'ajouterai le peintre Géricault. Outre la fascination personnelle qui fait que je peux rester une heure devant cette toile au Louvre, Le radeau de la méduse 3435870a7b4ca4805b422be8ed660d65.jpgest une oeuvre qui est bien plus qu'une peinture de maître. C'est un projet alimenté d'études (celles des documents relatifs au naufrage), d'interviews (des rescapés), d'observation (de membres humains à différents stades de décompostion). Un projet grandiose dont l'aboutissement est un chef-d'oeuvre.

 

 

*tapant deux fois le poing fermé sur mon coeur* : admiration!

08:15 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Ce matin je me suis éveillée en me disant : "qu'est-ce que t'as écrit dans ton article andouille?? Aristote mort à 38 ans, c'est du délire, c'est impossible". Vérification faite j'ai changé légèrement l'article. Ca ne retire aucun mérite à Ari ;-)

Écrit par : isa | 06/04/2008

et léonardo, n'oublions pas léonardo, génial gaucher (pléonasme), peintre, dessinateur, ingénieur, inventeur, savant, voyageur,qui ne voulait abandonner aucun problème avant d'avoir trouvé sa solution; une de ses phrases tirée de ses carnets me fait sourire "la résistance est plus facile au début qu'à la fin".... parce qu'elle me fait penser à "l'éternité c'est long surtout vers la fin" mais ce n'est pas le sujet
au fait, quel âge avait-il, ari, quand il est mort? léo, soixante-sept.

Écrit par : totope | 06/04/2008

j'en déduis donc que notre Totope est gauchère ... *sourire*
oh mais tu parles là d'un autre de mes dieux!! Merci!
ce Léo est fascinant, bien d'accord.
Nerdy Ari ;-) avait 62 ans quand il quitta cette terre qu'il avait tant enrichie.

Écrit par : isa | 07/04/2008

Tout cela m'inspire et m'attire....Je connais plus ALexandre et les autres dictateurs que Aristote....et je dirai simplement que ces conquérant ou dictateur sanguinaire ont toutefois le mérite de savoir s'entourer.... Ce tableau de Géricault est une merveille, il m'a toujours attiré, pour moi avec la liberté guidant le peuple, il est l'incarnation du romantisme (par contre le reste de l'oeuvre de Géricault j'accroche pas trop)...
Pour ce qui est de Léonard, j'ai visité le clos lucé à Amboise (génial) et j'ai lu le supplément sur De vinci publié par le nouvel obs, j'ai un petit livre avec toutes ces maximes et autres phrases ...ce que j'en ai retiré, outre le renforcement d'une admiration sans bornes, c'est qu'il est incontestablement le plus grand curieux de toute l'histoire............. et sans la curiosité rien n'est possible!

Écrit par : enila | 13/04/2008

bien d'ac Enila, la curiosité est un bon moteur...
En arrivant à Amboise, j'ai été presque déçue de découvrir que Léo n'habitait pas au château, dans ma fantasmagorie perso il en arpentait les couloirs en notant ses idées géniales... mais le Clos-Lucé m'a terriblement plu, surtout les maquettes de ses inventions.

Écrit par : isa | 14/04/2008

Oui, fascinants, ces penseurs de l'antiquité, toujours d'actualité. N'oublie pas Socrate, qui avait compris que rien n'est acquis, qu'il faut toujours tout remettre en question... Et Platon.
Moi, j'éprouve une admiration sans borneas pour ses compositeurs qui ont çu marier, harmoniser tant d'instruments entre eux pour nous faire passer des émotions i@tenses. Vivaldi, Bach, Mozart, Beethoven, Brahms, Schubert, Dvorak...

Écrit par : viny | 16/04/2008

*sourire*
oh oui alors!
de grands offreurs d'émotion...
Tiens il n'a pas fallu plus de 31 ans de vie à Schubert pour nous apporter de l'inoubliable, même l'inachevé est abouti ;-)

Écrit par : isa | 17/04/2008

J'ai aussi un très bon souvenir de la visite du clos Luce..........

Écrit par : Val | 23/04/2008

Les commentaires sont fermés.