Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/04/2008

Les 25 ans de l'Alliance Française de Doubaï

Le Royal Mirage.

Un des plus beaux hôtels de Doubaï, et la concurrence est rude ;-)

Français et Emiriens principalement, mais aussi ressortissants de toutes nationalités discutent en petits groupes, un verre de champagne à la main, dans les jardins de l'hôtel, au son d'un oud et d'un violoncelle, admirant au passage les expositions de photos d'artistes émiriens et de ponts de Paris immortalisés par Anne de Henning.

Le temps est délicieux, les palmiers ondoient sous la brise, le public est chic sans ostentation, disons classe. Nous sommes là pour fêter les 25 ans de l'Alliance Française de Doubaï.

J'espère que je suis belle. Le regard pétillant de Rach, découvrant ma robe à paillettes porte à le croire et me rassure instantanément.

Nous nous dirigeons vers les tables, au passage j'entends deviser en français et j'en éprouve joie et fierté, reconnaissant certains de mes étudiants. On chuchote le nom de quelques personnalités arperçues ou qu'on tente d'apercevoir.

Confortablement installés, après avoir jeté un oeil sur le menu tentant, nous écoutons les incontournables discours. J'ai un faible pour celui de Mr Hussain Al Jaziri, le Président du Comité de l'AF de Doubaï, Emirien francophile dont l'aisance dans notre langue lui permet d'émailler ses mots d'un humour décalé appréciable. Sauf votre respect, Monsieur l'Ambassadeur, il était plus amusant que vous ;-)

La soirée est animée par Michel Leeb, déployant pour notre plus grand plaisir ses multiples talents de musicien, de chanteur, d'imitateur et d'humoriste. On rit aux larmes, le ventre garni de belles et bonnes choses, bien entourés d'amis de longue date.

Les images et les sensations de cette soirée réussie résonneront longtemps en moi.

 

ANNEXES

L'Alliance Française est une association à but non lucratif qui a pour mission d'enseigner la langue française, d'organiser des manifestations culturelles, de rassembler à l'étranger les amis de la France afin de maintenir ou de développer la pratique de la langue française et le goût des cultures francophones.

Le Royal Mirage

L'Alliance Française de Doubaï

08:05 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (9)

05/04/2008

*admiration*

Combien de fois ai-je découvert, compris ou touché du doigt une notion intéressante pour me rendre compte ensuite qu'Aristote avait déjà étudié, codifié et enseigné tout ça. Science, philosophie ou même rhétorique, ce Grec était imbattable. Je me dis, entre rêve et prétention, que s'il avait été mon précepteur, j'aurais fait un meilleur usage de ses enseignements qu'Alexandre (ndlr : j'ai du mal à éprouver de l'admiration pour les grands conquérants, la violence de leurs conquêtes et leur désir de puissance ne me plaisent pas. Autrendlr : ayant habité 2 ans à Rueil-Malmaison, qui plus est "route de l'Empereur", j'ai pu vérifié un gros coinçage face au mythe de Napoléon qui jamais ne m'a paru sympathique...)

Si le nom et les enseignements de ces pédagogues de génie atteignent la pérennité qu'ils méritent, j'admire la diversité de leurs connaissances et aussi la rapidité avec laquelle ils les ont appréhendées. Comment étudier tant de choses en une seule vie? Descartes a quarante ans quand il écrit ces mots si justes :

(...) au lieu de ce grand nombre de préceptes dont la logique est composée, je crus que j'aurais assez des quatre suivants (...)

'

Le premier était de ne recevoir jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle ; c'est-à-dire d'éviter soigneusement la précipitation et la prévention (...)

'

Le second, de diviser chacune des difficultés que j'examinerais en autant de parcelles qu'il se pourrait et qu'il serait requis pour les mieux résoudre.

'

Le troisième, de conduire par ordre mes pensées, en commençant par les objets les plus simples et les plus aisés à connaître, pour monter peu à peu comme par degrés jusques à la connaissance des plus composés, et supposant même de l'ordre entre ceux qui ne se précèdent point naturellement les uns les autres.

'

Et le dernier, de faire partour des dénombrements si entiers et des revues si générales, que je fusse assuré de ne rien omettre.

(René Descartes, Le Discours de la Méthode, 1637)

Décomposition, progression, énumération. Merci René.

Au large panthéon des hommes que j'admire, j'ajouterai le peintre Géricault. Outre la fascination personnelle qui fait que je peux rester une heure devant cette toile au Louvre, Le radeau de la méduse 3435870a7b4ca4805b422be8ed660d65.jpgest une oeuvre qui est bien plus qu'une peinture de maître. C'est un projet alimenté d'études (celles des documents relatifs au naufrage), d'interviews (des rescapés), d'observation (de membres humains à différents stades de décompostion). Un projet grandiose dont l'aboutissement est un chef-d'oeuvre.

 

 

*tapant deux fois le poing fermé sur mon coeur* : admiration!

08:15 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (8)