Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/09/2008

Pitié pour le mal

6a4383ee0f39c767fc09a41747e289f8.jpg

 Si les livres de Bernard Tirtiaux, Le passeur de lumière et les 7 couleurs du vent m'ont enchantée, que dire de celui-ci?
Il m'a bouleversée, émue, j'ai fondu pour les personnages, j'ai dévoré l'histoire, apprécié la profondeur des idées.
...
Je me souviens avoir lu les dernières pages dans la voiture qui m'amenait à l'aéroport de Beyrouth, le 19 août dernier, et avoir senti les larmes dévaler sur mes joues, sans sanglots mais dans une émotion totale. Mes larges lunettes noires les cachaient au chauffeur et j'éprouvais une sorte de crainte teintée de honte à ce qu'il me voie pleurer, d'une part parce que j'avais peur qu'il se méprenne sur leur cause, d'autre part car pleurer pour un livre, dans ce pays de tragédies, avait quelque chose d'indécent...

Je vous invite à ajouter sans délai ce livre à votre panier, virtuel ou non et à vous y plonger sans même passer par la quatrième de couverture, faites-moi confiance et revenez m'en parler...

12:35 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (5)

20/08/2008

Masse Critique - La géométrie insensée de l'amour

0ffbd8973767a6933cf507986abd3963.jpg
                                  La géométrie insensée de l'amour, par Suzana Guzner 
.
.
.
C'est le titre qui m'a attirée dans ce livre, la géométrie insensée de l'amour, y'a de quoi imaginer, divaguer ou discuter, non?
La couverture aurait pu me renseigner sur le contenu probable, mais là aussi je n'y avais jeté qu'un oeil distrait.
Aussi ai-je été naïvement surprise du sujet. J'imaginais l'amour entre femmes plus comme une sorte de complicité, une compréhension, une osmose sensuelle, mais jamais comme une passion physique obsédante et débridée.
Et pourtant ... quand Maria rencontre Eva, c'est le coup de foudre total et dévastateur, et leur idylle est passionnellement physique. Déroutant.
La deuxième chose qui m'a empêchée de jouir pleinement de ce livre par ailleurs très joliment écrit (l'écriture est alerte, l'analyse psychologique est fine), est le fait que, si je trouve Maria brillante, belle à l'intérieur, forte et saine, le personnage d'Eva, futile, calculatrice, irresponsable, inconséquente je l'ai détesté en bloc et à chacune de ses apparitions.
Il en résulte un livre lu sans beaucoup de plaisir, avec un certain malaise, notamment en ce qui concerne les conversations entre Maria et ses copines lesbiennes extrémistes...
Rien à dire sur la forme, Guzner est de toute évidence talentueuse, mais pour le fond, je ne suis pas le bon public, tout simplement.
.
.
.

                                                   livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

 

Pour rappel, le principe de Masse Critique est le suivant : des éditeurs envoient gracieusement un ouvrage et en contrepartie, le lecteur s'engage à en publier une critique sur son blog.

21:25 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (3)

08/06/2008

à xxx pour tout ce qu'il sait

4a411560a121d14ff3a8f239ac720e31.jpgDès l'abord d'un livre, on plonge dans l'inconnu. Qui est ce 'Pierre' à qui l'auteur dédie le livre, à qui s'adresse-t-il, t-elle, par son "à mon amour"?

Je me souviens que l'année dernière, ouvrant un livre de ... 'précis de pragmatique' ;-) j'ai été interloquée. Censée me plonger dans l'étude au plus vite, je me retrouvai au coeur d'une énigme sans indice. La dédicace disait "Pour Agathe et sa future amie Nour". ??? Qui était Agathe pour Nour? Qui étaient-elles pour l'auteur? *abîme de perplexité + de probabilités*...

Les dédicaces jettent une passerelle de complicité entre l'auteur et le sujet de la dédicace mais aussi entre l'auteur et son lecteur, et quand elles manquent, ça me manque ;-)

D'ailleurs j'ai une requête à formuler aux éditeurs : les dédicaces pourraient-elles rester manuscrites? Ce serait bien.

 

En voici quelques exemples :

 

poétique : Pour Elio, un peu du soleil de ces terres coule dans tes veines, qu'il illumine ton regard. (Le soleil des Scorta, Laurent Gaudé)

 

énigmatique : Pour F. et F., qui se sont aimés. (Bonne nuit, doux prince, Pierre Charras)

 

clin d'oeillesque : Je dédie ces pages à mon ami et protecteur L'Escargot entêté, aux clients du bar Le Crédit a voyagé, et à ma mère, Pauline Kengué de qui je tiens cette histoire (à quelques mensonges près) (Mémoires de porc-épic, Alain Mabanckou)

 

éloquente : Pour Minne, ô combien (Chagrin d'école, Daniel Pennac)

 

humaniste : à..., à ceux qui s'aiment et qui saisissent la chance d'aimer la vie telle qu'elle est... (Etre heureux ce n'est pas nécessairement confortable, Thomas d'Ansembourg)

 

A vous mes amis grands lecteurs (le 'grands' est interchangeable ;-)

Fouillez vos mémoires et vos bibliothèques et trouvez-moi des dédicaces particulières...

3bf3309240b1d5294eed847069bfc36f.jpg

06:40 Publié dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (2)